UA-63987420-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Aujourd'hui le salut est entré dans cette maison !"

ob_0165ca_jesus-zachee.jpgDans sa montée à Jérusalem, Jésus passe à Jéricho. Il y fait cette rencontre étonnante que seul l’évangéliste saint Luc rapporte. Zachée est vu, discerné par celui qu’il veut voir, peut-être sans se faire voir lui-même.

Je dis rencontre étonnante, parce qu’elle aurait pu ne pas se produire. L’homme a une fonction publique de collecteur d’impôt, à la solde de l’occupant, malhonnête au point de s’enrichir sur le dos des impôts collectés, bref un pécheur public. En plus, sa petite taille l’empêchait de voir et d’être vu. Il n’empêche : Zachée est discerné par le seul Maître, alors même qu’il voulait simplement voir passer Jésus de Nazareth. C’est ce qui va arriver : Jésus va passer, il va passer dans son existence. Alors il laisse ses biens aux pauvres, la moitié seulement, celle qu’il avait accumulée à titre personnel, le reste appartient à l’occupant ; il accueille le Christ dans sa maison, à sa table. Oui vraiment, le salut est advenu pour ce pécheur, aujourd’hui même.

Rencontre étonnante donc, parce qu’elle ne supporte aucun délai. Vite, il lui faut descendre de l’arbre. Vite, il va à la maison pour accueillir le Christ. Vite il décide la voie de la pauvreté. Vite le Christ reconnaît sa foi de vrai fils d’Abraham. C’est que le salut presse, il urge. Comme pour le bon larron, comme pour ceux que le Christ rencontre, lui qui est pressé d’en finir avec la lèpre du péché et de la mort. C’est pour aujourd’hui. Pas demain, ni après-demain. C’est pour aujourd’hui même, pour cet instant.

On pourrait être étonné du contraste entre cette précipitation de l’Evangile avec les conseils que St Paul donne aux Thessaloniciens, dans la 2ème lecture. Il semble y calmer les ardeurs de ceux qui attendent frénétiquement le retour du Christ. Si le Christ est si pressé, alors (pensent-ils), il n’y aurait plus qu’à l’attendre, sans plus se marier, ni même travailler. Non, dira Saint Paul, il s’agit de vivre simplement et vraiment l’aujourd’hui de Dieu, sans précipitation, ni attente frénétique.

Aujourd’hui le salut est arrivé pour cette maison. La maison de Zachée à Jéricho résonne de la parole du Seigneur Jésus, comme la synagogue de Nazareth. Et aujourd’hui, s’accomplit à nos oreilles la parole que nous venons d’entendre. Et pour cause ! Il est la Parole, il est le salut qui advient aujourd’hui.

C’est précisément la grâce du mystère de Dieu que cet aujourd’hui ne soit pas et ne puisse pas être un évènement du passé, dont nous évoquerions la pieuse mémoire. Ou alors, il faudrait aller avec une douce nostalgie nous recueillir devant le sycomore qui trône, encore aujourd’hui à l’entrée de Jéricho. Non. L’aujourd’hui de Dieu, c’est cet instant où Sa Parole et Son Salut sont comme rendus à nous présents, avec leur force et leur efficacité. Comment cela ? De deux manières :

Aujourd’hui encore, le Christ Jésus passe dans l’existence de chacun, comme il a traversé celle de Zachée. Lui venait avec son désir confus, curieux et distant. Le voici rejoint, discerné et surtout converti. Jésus est passé non seulement chez lui, mais en lui. Et donc, il passe chez nous, en nous. L’Ecriture ne cesse de témoigner de l’invitation de cet Hôte divin : « Voici que je me tiens à la porte et je frappe, si tu m’ouvres, je prendrai mon repas chez toi ». Lui qui est venu pour les malades et les pécheurs, il s’invite à la table des pécheurs que nous sommes. Lui le Maître de la vie, il fait advenir le salut. Quels que soient nos désirs et nos motivations, lui, l’Ami des hommes, le Créateur qui aime toute sa création sortie de son projet d’amour, il passe en nous pour nous rejoindre, nous discerner et œuvrer en nous en vue d’une conversion, pour nous entraîner vers le Père. Aujourd’hui le salut est arrivé pour la maison que je suis.

Aujourd’hui encore, dans la maison de l’Eglise, Jésus passe en s’invitant à la table de l’Eglise. Il passe en se rendant présent dans l’assemblée que nous formons, dans la Parole que nous recevons, dans les sacrements que nous célébrons. Il s’invite à la table que nous formons, pour demeurer en nous. Voilà qui pourrait vérifier, et peut-être changer notre regard sur la liturgie. C’est le moment où Il passe pour demeurer en nous et nous faire passer vers le Père. L’Eucharistie, sommet de cette invitation de Dieu, est bien l’actualisation de ce salut qui advient aujourd’hui, en cet instant, pour chacun de nous et pour l’Eglise.

L’Eucharistie vient tout autant de l’évènement pascal en traversant le temps. Mais elle vient également de la gloire à venir en s’approchant de nous. Dieu vient aujourd’hui. Le salut advient ici et aujourd’hui. Sans regarder nostalgiquement en arrière, ni anxieusement en avant, accueillons aujourd’hui Celui qui vient au nom du Seigneur. Il est le Salut.

Écrire un commentaire

Optionnel