UA-63987420-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Désert

    sinai049.jpgCette semaine : silence.

     

     

    Je serai en retraite spirituelle.

  • Prêtre (2)

    2feac1ac-0084-11dd-a648-e75452e2f864.jpgVoici la dernière partie de cette retraite donnée par le pape Jean-Paul II aux prêtres, diacres et séminaristes, le 6 octobre 1986 (voir article 17 janvier). Qui la lira toute entière sera peut-être également saisi par sa simplicité et son actualité.

    Comment pourrions-nous remédier a la crise spirituelle de notre temps si nous ne prenions pas nous-mêmes les moyens d’une union profonde et constante au Seigneur dont nous sommes les serviteurs? Dans le Curé d’Ars, nous avons un guide hors pair. Il disait: “Le prêtre est avant tout un homme de la prière... C’est la réflexion, l’oraison, l’union à Dieu qu’il nous faut”.

    Ce ne pas sans raison que nos directeurs spirituels ont insisté sur un temps d’oraison donné chaque jour, gratuitement, en présence du Seigneur, sur l’écoute quotidienne de la Parole de Dieu, sur la louange et l’intercession, au nom de l’Eglise, par la prière de la liturgie des Heures, sur la façon de célébrer quotidiennement l’Eucharistie, sur la prière mariale: quelle admiration avait pour la Vierge le Curé d’Ars: “Ma plus vieille affection”! Et quelle confiance: “Il suffit de se tourner vers Elle pour être exaucé”! Je pense encore à des moments réguliers de retraite pour laisser à l’Esprit de Dieu la possibilité de nous pénétrer, de nous “vérifier”, et nous aider à discerner l’essentiel de notre vocation.

    La rencontre quotidienne des beautés et des misères humaines, dans notre ministère, est évidemment à intégrer dans notre prière; elle peut la nourrir, à condition de tout rapporter au Seigneur, “pour sa gloire”.

    Tous nos engagements sacerdotaux prennent un nouveau relief dans la lumière de cette vitalité spirituelle:

    – le célibat, signe de notre disponibilité sans limite au Christ et aux autres; – une pauvreté réelle, qui est participation à la vie du Christ pauvre et à la condition des pauvres, comme l’a montré le Père Chevrier; – l’obéissance, qui traduit notre service en Eglise; – l’ascèse nécessaire à toute vie, à commencer par celle du ministère quotidiennement accompli; – l’acceptation des épreuves qui surviennent et même des mortifications volontaires offertes avec amour pour les âmes: le Curé d’Ars a fait l’expérience de cette parole du Seigneur: “Il y a des démons que ne se chassent que par le jeûne et la prière”. Mais, direz-vous, où trouver l’énergie pour tout cela? Certes, nous ne sommes pas dispensés d’être des hommes de courage. Mais “le joug est doux et le fardeau léger” si notre courage s’appuie sur la foi, sur la confiance que le Seigneur n’abandonnera pas ceux qui se sont livrés à lui: “Dieu est plus grand que notre cœur”.

  • Obamania

    barack-obama-president-des-etats-unis-damerique.jpgElle est arrivée discrètement en France depuis près d'un an. Les médias nous l'ont apporté. Les hommes politiques l'ont relayé. Et voilà que l'Eglise s'en mèle.

    Personnellement, je n'arrive pas à m'y faire. Que l'arrivée d'un nouveau homme (et d'une nouvelle équipe) à la présidence du premier Etat fédéral au monde (en taille) soit l'occasion d'espérer telle ou telle inflexion de la politique de ce pays (notamment au Proche-Orient), c'est une chose. De là à ce que l'espoir devienne une espérance quasi messianique, il y a un pas que même un lorrain dont le tempérament est réputé pour légitimiste ne saurait franchir.