UA-63987420-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Sts Michel, Gabriel et Raphaël

    Le monde invisible se rappelle à nous en ce jour. Créé par Dieu, voulu proche de nous, le monde invisible accueille ceux que le Seigneur a voulu nous donner comme compagnons de route. Sans les voir, ni les toucher, nous croyons à leur présence toute spirituelle. Trois d'entre eux rendent suffisamment visible l'oeuvre de Dieu pour ouvrir une porte à nos sens avides de signes sensibles.

    Parmi  eux, Raphaël a une place plus discrète. Pas de grand combat eschatologique, à la différence de Michel. Pas de grande nouvelle du salut  à annoncer, à la différence de Gabriel. Pourtant, ni plus, mais ni moins, il apporte un salut sous le mode d'une guérison dont le jeune Tobie va être le ministre. "Dieu guérit" dit l'étymologique hébraïque du nom de l'archange. Il faudrait ajouter "en brûlant", comme les Séraphins. Témoin de la présence brûlante et consolante de Dieu, l'archange donne une guérison que personne n'attendait plus. Ni le vieux Tobie dans la prison de sa cécité, ni la jeune Sarah dans les tourments de sa malédiction n'attendait plus cette heureuse délivrance. Malgré leur supplication insistante, malgré leurs pleurs et leurs détresse, le salut vient à l'improviste. L'invisible affleure pour que le monde visible retrouve sa splendeur.

    Quel est ton tourment ? semble demander l'archange. Il n'en est aucun que sa médiation ne puisse ni porter devant Dieu, ni t'apporter une guérison.

    Quel est ton tourment ?

    arch_raphael.jpgPoint de voyage vers les sources
    Que les anges déjà n'escortent ;
    Point de combat contre les ombres
    Qu'ils n'appuient, en prêtant main forte.

    Aucune veille dans la nuit
    Qu'ils n'entourent de leur silence,
    Et point de course vers l'aurore
    Qu'ils ne tracent et ne devancent.

    Point de prière ni de cri
    Qu'ils n'élèvent devant le Père ;
    Même la mort la plus obscure,
    Ils l'orientent vers la lumière.

    Anges de Dieu, ses messagers,
    Qui veillez au seuil de son temple,
    Tournez vers Lui notre louange,
    Quand de loin nos yeux Le contemplent.

  • Chokkan ou Shakan ?

     

    Bonsai-style.jpeg

    Tout le monde sait que choisir, c'est renoncer.

    Un bonsaï a fait son apparition dans ma chambre. Le choix de la forme à lui donner reste entier : Chokkan (peut-être trop vertical ?), Bankan (un peu bancal, non ?), Han-Kengaï (un peu dégoulinant, vous ne trouvez pas ?), Kengai (même remarques), Shakan (pourquoi pas), Hokidachi (la photo a été prise en hiver ?), Sikijoju (sûrement pas !), Bunjingi (très prisé à Pise...)

    A suivre donc

    cascade.GIF

     

  • Aux sources (1)

    Jean-Paul II, Le pèlerinage aux lieux qui sont liés à l'histoire du salut, texte du 29 juin 1999

    J_Pope.jpgIl est certain que les lieux qui rappellent la vie terrestre du Sauveur sont beaucoup plus nombreux et que beaucoup mériteraient d'être visités. Comment, par exemple, oublier le mont des Béatitudes, ou le mont de la Transfiguration, ou Césarée de Philippe, région où Jésus confia à Pierre les clefs du Royaume des cieux, le constituant fondement de son Eglise ? En Terre Sainte, du nord au sud, on peut dire que tout rapelle le Christ. Mais je devrai me contenter des lieux les plus représentatifs, et Jérusalem, en quelque sorte, les résume tous. Là, s'il plaît à Dieu, j'ai l'intention de m'abîmer dans la prière, portant dans mon coeur toute l'Eglise. Là, je contemplerai les lieux où le Christ a donné sa vie et l'a ensuite reprise dans la résurrection, nous faisant le don de son Esprit. Là, je voudrai crier encore une fois la grande et consolante certitude que "Dieu a tant aimé le onde qu'il a donné son Fils unique : ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle".

    La suite est ici